baniere-ps1 

Présentation

  • : Le site des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce site a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook


Pascal Sevran




27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 07:48

Publié par Ronan - dans Multimédia
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 18:20

991698_644239_460x306.jpg

 

«Je suis une erreur de permission », racontait Georgette Plana en 1998. Avant de faire les beaux jours du café-restaurant le Plana, place de la Victoire à Bordeaux, d’y devenir danseuse de music-hall et de connaître une grande carrière parisienne, l’histoire se souviendra que la chanteuse de « Riquita - la jolie fleur de Java », de « E viva Espana » ou de « la fille du Bédouin », décédée dans la nuit de dimanche à lundi à l’âge de 95 ans, était née à Agen le 4 juillet 1917.

Fille d’ouvriers devenus commerçants, elle vivra ses premiers mois place du Pin, et plus précisément au Café Michelet que ses parents avaient acheté et exploitaient avant de gagner la capitale régionale. « Déjà la poupée du square », elle connaîtra bien des années après d’autres succès qui la conduiront de Bobino à l’Olympia, à se produire aux côtés de l’accordéoniste Aimable et de son orchestre ou de fréquenter, jusque dans les années 90, les plateaux des émissions de télévision animées par Pascal Sevran qui, en 2004, lui avait remis la Légion d’honneur.

Du Café Michelet au Plana

Georgette Plana, dont les parents ont quitté Agen alors qu’elle avait à peine trois mois, se disait volontiers Bordelaise. En août 1971, de retour après une longue absence scénique, l’artiste était aussi revenue dans le département. Non pas à Agen mais à la mairie de Lavardac où elle tenait à retrouver ses origines lot-et-garonnaises, son grand-père, charpentier habitant au lieu-dit Loustalet.

À Bordeaux, hier, la pluie qui tombait place de la Victoire illustrait la tristesse de celle qui a « commencé à chanter et à danser de curieuse façon », dans le restaurant familial qui avait été repris et renommé par Clovis Plana, père de la chanteuse.

En mai 1968, la chanson « Riquita » devient l’hymne des étudiants sur les barricades. À tel point que la pochette du disque, initialement prévu en cadeau d’adieu, a dû être modifiée pour y rajouter le nom du « tube » de l’ancienne jeune danseuse étoile du conservatoire de Bordeaux.

Article Sud Ouest - 10/03/2013

Publié par Ronan - dans Multimédia
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 14:22

Publié par Ronan R - dans Multimédia
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 22:17

Publié par Ronan R - dans Multimédia
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 21:33

Publié par Ronan R - dans Multimédia