baniere-ps1 

/ / /



Nicolas Sarkozy


«Il était fou de musique et de chansons. Durant deux décennies, il a transmis sa passion de la musique à des millions de téléspectateurs lors de rendez-vous qui auront marqué l'histoire de la télévision. Sa personnalité attachante nous manque déjà», a déclaré Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication.


A France Télévisions, Patrick de Carolis et l'ensemble des collaborateurs du groupe honorent «un être passionné, qui a su transmettre son amour inconditionnel de la chanson française à un public extrêmement fidèle». «Sa disparition émeut tous ceux qui ont eu la chance de travailler à ses côtés mais aussi ses très nombreux téléspectateurs avec lesquels il avait su créer une relation unique», ajoute le président du groupe.


«Amoureux sincère de la chanson française, Pascal Sevran aura servi et célébré cet art populaire en animant des émissions télévisées qui ont rassemblé un large public, accueillant des figures connues et révélant de nouveaux talents». «Au-delà des excès de certaines de ses positions qui avaient suscité la polémique, je retiendrai la sensibilité et l'intelligence de l'homme», a souligné le maire de Paris. Bertrand Delanoë a exprimé son «immense tristesse après la mort de son ami Pascal Sevran», saluant «un homme aux multiples talents» qui «pour les Français, restera avant tout celui qui a œuvré avec brio pour la chanson française». «Dans La chance aux chansons, il mettait à l'honneur les textes, mais aussi de jeunes artistes. Homme pétillant et rigoureux, il accompagnait nos après-midi», a relevé le président, qui avait reçu lors de sa campagne le soutien de ce mitterrandiste historique. «La maladie l'a emporté, mais nous nous souviendrons de lui, avec tendresse, encore très longtemps», a-t-il assuré.

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang, qui l'avait rencontré dans l'entourage de François Mitterrand, s'est déclaré «bouleversé par l'annonce de la mort» d'un «un ami incomparable» dont il aimait «la générosité, la finesse, la drôlerie, l'intelligence décapante, la passion pour l'art et la musique». «Sa disparition est un déchirement et aujourd'hui ce sont des millions de Français qui pleurent son départ», a-t-il confié.


Pour François Fillon, Pascal Sevran était «un artiste populaire, amoureux passionné et infatigable défenseur de la chanson française» qui fut «à la fois le gardien d'une certaine tradition et artisan de la découverte de nombreux nouveaux talents». «Le succès de ses émissions, témoignage de la qualité de son», a estimé le premier ministre.


«Il avait été séduit par ma première chanson «Marre de cette nana» et a eu envie de me donner ma chance, et je n'ai jamais oublié ça. Pascal Sevran a servi la chanson, a aimé la chanson, les chanteurs. Il avait son caractère, des défauts mais c'était un type qui avait un enthousiasme absolument extraordinaire», s'est souvenu Patrick Bruel. «Il essayait de faire quelque chose pour les jeunes, je l'ai vu sur le plateau conseiller des jeunes de manière très impliquée», a-t-il souligné.


«Pascal s'en va beaucoup trop tôt. Je l'ai connu débutant. Il était déjà passionné. Il aura consacré sa vie à la chanson française et il a fait beaucoup pour cultiver ce patrimoine qu'il a fait découvrir aux jeunes», a déploré Line Renaud. «On l'ironisait à tort. Il a été un protecteur de la chanson. Qui va faire cela maintenant ?» s'est demandée l'actrice.


Le comédien Jean Piat, qui avait fait une émission avec lui, a salué «un homme de qualité qui s'est comporté remarquablement dans tous les domaines de son activité. On dit beaucoup de bien de gens quand ils s'en vont, mais là c'est justifié», a-t-il dit sur France-2, rappelant que ce «passionné savait un peu remuer les foules».


«Pascal était entier dans ses passions, ses enthousiasmes et ses colères. C'est ce qui faisait son charme. Il était un ami exigeant, sans concessions et dupe de rien», a témoigné Marc-Olivier Fogiel. «Sa fidélité sans réserve à François Mitterrand quand il était moins facile de l'être, en dit long sur son sens de l'amitié et de l'honneur. Il était le contraire d'un opportuniste. Il incarnait le politiquement incorrect», a-t-il estimé.


«Pascal était un grand seigneur de la variété. Si les tournées de chanteurs des années 60 ont autant de succès, c'est à lui qu'on le doit. Pascal invitait des chansons», a rappelé Nicoletta.


Sheila : «C'est quelqu'un qui a toujours été présent et surtout présent quand personne ne téléphone. C'est ça qu'il faut retenir. Pascal, c'est quelqu'un qui m'a refait chanter, à un moment où j'avais arrêté. Il a ouvert des portes qui étaient fermées. C'était un vrai fidèle, un vrai passionné, il avait un caractère extraordinaire que l'on aimait ou que l'on aimait pas, en tous cas, c'était une grande personnalité et quelqu'un qui va énormément manquer à ce métier. Je suis assez détruite, parce que c'était quelqu'un d'important, un ami».

Laurent Gerraa indiqué qu'il avait fait sa première télé chez Pascal Sevran. «C'était quelqu'un qui n'était pas dupe de son époque, et puis il aimait le Music-hall, les belles choses. Il avait énormément de goût et puis surtout il avait cette soif d'apprendre, de connaître, de vivre l'instant présent».

a exprimé sa «profonde émotion».
Publié par Ronan