baniere-ps1 

17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 09:56


8-La-m-lancolie-des-fanfares.gif
Le sexe sans amour, c’est possible, voire recommandé pour la santé mentale et physique. L’amour sans le sexe n’est pas l’amour, cela porte le nom vague d’amitié. Si vite dit. Banal. Provisoire, de toute façon. Le sexe est partout, dans le métro, au bal, sur les escalators des Galeries Lafayette, à la piscine, dans les toilettes de la gare du Nord. L’amour n’est jamais là où on le cherche, mais juste à côté, c’est ce qui fait son prix. Le sexe est partout, à portée de nos bouches, offert ! L’amour, lui, est introuvable. Beaucoup se contentent de sa contrefaçon.

La mélancolie des fanfares de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 18:01


2-Des-lendemains-de-f-tes.jpg
Il faudra une force d'âme peu commune à celui qui voudra m'aimer et soutenir la comparaison avec Stéphane. On m'a toujours pris pour un autre, seul Stéphane me prenait pour moi, ce qui n'est pas simple tous les jours, mais il m'aimait plus que lui, et je l'aime toujours plus que moi.

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 13:44


1009879.jpg

17 mai1993. Charles Trenet chante ce soir à l'Opéra Bastille.
Jack Lang et Pierre Bergé ont tenu leur parole, ils offrent au "fou chantant", pour ses quatre vingts ans, la scène la plus prestigieuse de France. Mais bon, Trenet voulait chanter là, pas ailleurs, pour le symbole évidemment, pas pour l'architecture.
 
Avant que le rideau ne se lève, des applaudissements montent depuis les fauteuils d'orchestre. On se tord le cou pour apercevoir François Mitterrand qui fait son entrée et s'assoit au premier rang du balcon.
A l'entracte, comme nous nous dirigeons vers le salon réservé à l'accueil des personnalités et que Pierre Bergé en maître des cérémonies entraîne le Président à l'écart, celui-ci qui m'aperçoit me fait signe de les rejoindre.
"Vous venez à Solutré la semaine prochaine ?
-Oui, si vous le voulez, Monsieur le Président.
-Très bien, amenez votre accordéoniste et vous chanterez, cela fera plaisir aux Gorbatchev qui seront parmi nous..."
 
Me voilà fixé. Je vais donc organiser le week-end le plus éprouvant de ma vie. Le plus intime de mes amis intimes flotte quelque part entre la vie et la mort dans une chambre interdite de l'hopital Saint-Antoine à Paris. Je n'ai pas quitté son chevet depuis trois mois. Il oublie tout ou presque, sauf que la Pentecôte," c'est bientôt?
" Tu pars quand à Solutré ?
- Je ne sais pas encore, je vais voir, peut-être que...
- Vas-y comme d'habitude, me dit-il. Pour quelle raison tu n'irais pas ? Je vais très bien..."
Alors je vais partir pour lui, parce qu'il le veut et que son courage et sa dignité m'y obligent.
 
Le décor est en place. Quelque chose s'achève ici, on le pressent ; le Président est malade... Il a grimpé la Roche, ce matin sans souffler, ou presque. Stoïque, il m'émeut. Pour la dernière fois ?
Je m'installe à découvert en bout de table, mais il va falloir que je ne flanche pas au dessert, quand Francois Mitterrand me demandera le plus naturellement du monde d'improviser un récital en l'honneur du Président Gorbatchev. Personne ne peut savoir autour de cette table ce qui me hante.
Je voudrais retenir ce que j'entends pour m'en souvenir un jour, mais je suis tendu loin d'ici, vers ce couloir de l'hopital Saint-Antoine qui m'angoisse et m'attire tout à la fois...
François Mitterrand n'attend pas le dessert pour me rappeler à son bon souvenir... Je vois le Prix Nobel de la paix se tourner vers moi, prêt à m'entendre et je chante comme on se jette à l'eau... Zinzin tire le meilleur de son accordéon, je donne ce qui me reste d'énergie pour ne pas décevoir l'amitié de François Mitterrand.

Mitterrand les autres jours de Pascal Sevran.


Publié par Ronan Ronan - dans Citation
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 15:42

Le 25 novembre 1996 dans Franchement :

Deuxième invité surprise de la soirée : Pascal SEVRAN, grand défenseur de la chanson française. - Nicole NOTAT : "Peut-être dommage qu'il n'y ait pas plus de nouvelles générations de chanteurs qui chantent les espoirs populaires... RENAUD peut-être ?". P. SEVRAN : "Une grande difficulté à exprimer la vie de tous les jours." Interrogée sur ses premières chansons, N. NOTAT cite "Tino ROSSI, que mon père chantait.." - Extrait de l'émission "Le chance aux chansons" où des couples dansent le tango. - P. SEVRAN souligne l'importance de la danse. N. NOTAT évoque la danse dans sa famille où ce sont les filles qui ont appris à leurs frères à danser.


Publié par Ronan Ronan - dans Multimédia
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 09:52

Interview en plateau de l'animateur Pascal SEVRAN au sujet de la "bonne santé" de la chanson française et de son nouveau disque "Viva la vida". - "Dans les années 1950, c'était bien meilleur que de nos jours ; avec la réédition de ces vieilles chansons, on a là un peu de l'âme française... Les gens ne prennent pas des vessies pour des lanternes en France, Paris ne commande pas tout... Les sociétés d'édition françaises sont tenues par des mains étrangères... Il faut arrêter la querelle des anciens et des modernes... Je reçois aussi les Boys Band, car ce n'est pas déshonorant ; on peut aussi bien aimer Léo FERRE et les Boys BAND ".

Publié par Ronan Ronan - dans Multimédia