baniere-ps1 

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 10:15


2-Des-lendemains-de-f-tes.jpg
Nous vendons nos bras pour construire des maisons, travailler la terre, nos mains pour vendanger, pour peindre, dessiner, nos jambes pour jouer au football, notre intelligence parfois pour inventer le monde et découvrir ce qui le guérira... nous vendons ce qu'il y a de meilleur en nous, nous le donnons aussi. Alors ?

Au nom de quelle morale refuse-t-on le droit d'offrir ou de vendre leur sexe à celles et ceux que la nature a dotés de dons particuliers pour les choses de l'amour physique ?

Chacun ses armes, ses charmes, la vie en société est fondée sur léchange, le partage, il n'y a là rien de choquant. Depuis que le monde est monde, il fonctionne aussi sur le principe de l'offre et de la demande, nous n'y changerons rien. Cessons de bavarder, faisons l'amour. S'il n'y a pas contrainte naturellement, il s'agit d'abord de notre liberté. Qui veut y renoncer ?

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 08:06


5-On-s-ennuyait-le-dimanche.jpg
Je m'étais promis de ne pas y revenir, de ne pas transformer ce journal en carte postale : "Il fait chaud, je me baigne, bisous" ; je l'ai trop reproché à d'autres. je me suis donc tenu à la règle que je m'étais fixée, elle ne doit pas m'empêcher de maudire le ciel en ces jours atroces. est-ce fortuit si le premier mot de la première phrase du premier volume de ce journal est : "Doux ! ce mot, mou comme du beurre au soleil. Ils disent : doux, les gens de la météo avec délectation. temps doux ! Comme si c'était une bonne nouvelle, comme si cela était normal au premier janvier. Comme s'ils étaient chargés de se réjouir pour nous de cette mauvaise manière de la nature."
déjà le temps qu'il fait et puis le temps qui passe. Ajoutée à notre chagrin la douceur l'aggrave, c'est l'air des montagnes qui convient aux malades. Nous le sommes tous.

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 09:30


5-On-s-ennuyait-le-dimanche.jpg
Il n'y a que lui qui aurait pu me consoler de vieillir si vite, si mal. Mon visage chiffonné depuis quelques mois déjà, voilà qu'il se froisse irrémédiablement, qu'il se cabosse. le double menton est là, une motte de beurre, des rizières creusent mon front, l'ovale de mes joues n'est plus qu'un souvenir. Les miroirs se paient ma tête.

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 09:26


5-On-s-ennuyait-le-dimanche.jpg
Il y a un bouquet de mimosa dans ma chambre. François, mon copain d'ici, s'est offert une canadienne polaire et un bonnet de rappeur. Nous avons un an de plus que l'année dernière. Il a rajeuni. Pas moi.

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 09:24




Pascal au Trianon




Pascal à Rouen

Publié par Ronan Ronan - dans Multimédia