baniere-ps1 

7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 08:20


1-La-vie-sans-lui.jpg
Deux de mes jardiniers se sont désignés pour aller à Saint-Pardoux une matinée par semaine, "arranger" la tombe de Stéphane. Il y a de la combine dans leur démarche, mais de l'affection aussi. Ils l'aimaient bien, le respectaient. Stéphane ne comptait pas pour rien, chacun le savait. Il a passé seul ici l'automne et l'hiver 94, les dames du village l'emmenaient à la Foire aux Airelles, on le voyait au volant de sa jeep blanche faire le tour du propriétaire, il dînait chez mes parents parfois, mais il rentrait toujours dormir à la maison.

Lui n'avait besoin de personne pour le garder, il guettait mon retour en plantant des tulipes pour le prochain printemps.
-Je crois bien que je vais rester vivre ici...
Nulle part ailleurs, il n'aura été heureux comme à Morterolles.

La vie sans lui de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 08:29


9-Les-petits-bals-perdus.jpg
Il fait tiède, il n'y a pas plus mauvais temps pour moi que tiède. Il y a aussi des gens tièdes, sans caractère, qui ne se mouillent sous aucun prétexte, d'accord avec le dernier qui a parlé. Nous en connaissons tous autour de nous, certains sont mes relations, pas de mes amis en tout cas.

Les petits bals perdus - Journal posthume de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 20:37



Publié par Ronan Ronan - dans Multimédia
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 20:12


1-La-vie-sans-lui.jpg
Il n'y avait que lui pour repérer à cent pas un trèfle à quatre feuilles, qu'il ramenait précieusement comme un trophée au bout de ses longs doigts.
-Tiens mon coq, pour toi ! Fais un voeu...
Il le connaissait mon voeu, toujours le même, pour lui d'abord et pour moi quand même.
Les trèfles à quatre feuilles ne portent pas bonheur.

La vie sans lui de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 22:04


9-Les-petits-bals-perdus.jpg
Quand je pense à ce que j'ai entendu et supporté de quolibets et de moqueries de chansonniers lorsqu'il y a plus de vingt ans je créais à la télévision une émission fondée pour l'essentiel sur le patrimoine de la chanson, que j'invitais les chanteurs de la génération de mes parents, les vedettes des années cinquante, je ne peux que sourire lorsque je vois partout et sur toutes les chaînes des émissions résolument "modernes" consacrées aux années soixante-quatre-vingt. "Les vieux" trouvent leur compte de nostalgie et les plus jeunes découvrent.

Les petits bals perdus - Journal posthume de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation